Yves Hughes

  • Quand le costume de Guignol se teinte de sang.

    Le jeune marionnettiste du théâtre de Guignol du parc de la Tête d'or à Lyon est retrouvé assassiné sur l'île Barbe, au milieu de la Saône.

    Les marionnettes étaient toute sa vie. C'est donc dans son cercle familier qu'Alice Amelin, commandante de la PJ chargée de l'enquête, cherche une piste : parmi les habitués des allées du parc, de son Guignol mais aussi de son zoo, dont la vénérable éléphante Clochette fascine tant les enfants - à commencer par le fils d'Alice, Eliott.

    Rien de bien concluant jusqu'à ce qu'Alice découvre, chez un sculpteur sur bois du Vieux-Lyon, une marionnette de femme aux yeux verts, en sweat-shirt et en jean, que le jeune homme avait, peu de temps avant sa mort, spécialement commandée.

    Ce personnage, bien éloigné du répertoire classique de Guignol, a-t-il joué un rôle dans la triste fin du marionnettiste ?

  • Elvis agresse John Wayne lors d'un concours de sosies. Un directeur de télé est kidnappé par des baltringues.
    Yann Gray enquête au milieu d'une ratatouille de grosses légumes factices tandis que la PJ quitte son légendaire quai des Orfèvres. Avec Valentine et son fils Robin, qui vivent de l'autre côté de la trappe. Sans oublier Mamounette et sa dernière lubie cruciverbiste.
    Autant dire que cette histoire n'a rien de banal, et qu'il ne sera pas facile de démêler le vrai du faux, l'authentique de la posture.
    Yves Hughes entraîne son lecteur dans une histoire admirablement rythmée, peuplée de personnages étonnamment attachants et diablement originaux, et le tient en haleine jusqu'au dénouement final.

  • Trac aux trousses

    Yves Hughes

    C'est demain la rentrée des classes, les occupants de la trousse ont du mal à fermer l'oeil... Le compas tourne en rond. La colle se liquéfie de peur. Les ciseaux vagabondent. L'agrafeuse claque des dents. Le trombone s'entortille. La calculette clignote. Dans quelques heures, tous devront être fin prêts !

  • Valentine exposait un peintre chilien. Mamounette testait sa vision en fermant un oeil. Robin, lui, s'inventait un capitaine Haddock.
    Parce qu'un pilote de bateaux-mouches est retrouvé dans la Seine, flottant au pied de la statue de la Liberté. Il avait passé sa carrière de batelier à naviguer sur tous les méandres de l'Europe. Et il avait fini là : au coeur de la ville, sur ce boulevard silencieux et jaloux.
    J'embarquerais moi aussi à bord des bateaux-mouches. Pour faire des ronds dans l'eau. Je verrais défiler les ponts de Paris depuis les timoneries. Les bâtiments. Les monuments. Je côtoierais des bateliers durs et des matelots tendres. Je pénètrerais ce monde clos à l'horizon d'eau. Pour comprendre.

  • « L'escargot a rampé le long du cou vers l'oreille. C'était un petit-gris. Il a inspecté l'oreille du bout des cornes et sans doute a-t-il trouvé une ressemblance avec la forme de sa propre coquille. Mais cette chose n'avait ni l'odeur ni l'épaisseur d'une coquille d'escargot. » Alors que Robin et Mamounette s'adonnent à leur une nouvelle passion pour les maquettes de bateaux, Yann Gray découvre un mort au milieu d'un élevage d'escargots. Si on peut faire de ces animaux des produits de beauté, ou encore manger leurs oeufs dans des restaurants luxueux, peuvent-ils être complices d'un meurtre ?
    C'est l'énigme qu'il va devoir résoudre, entre parties de laser game et dîners dans des grands restaurants...

  • Valentine lançait un nouveau peintre. Mamounette tatouait des motos sur ses vieilles copines. Robin se replongeait dans Tintin au Tibet.
    Parce que l'ancien maire d'une petite station de ski s'est engouffré dans une cabine de téléphérique. Là-bas dans les Alpes. Parce que la cabine l'a emporté, seul. Et qu'en arrivant au sommet : il était mort. Qu'a-t-il vu ? Quelle peur a emballé son coeur ?
    J'emprunterais moi aussi le téléphérique. J'écouterais le vent siffler dans les câbles. Et je découvrirais des secrets cachés sous des épaisseurs de neiges anciennes. Mais la neige, un jour ou l'autre, ça finit par fondre. Je saurais alors pourquoi et comment avait agi l'assassin.

  • Sale temps

    Yves Hughes

    Comme au billard. Deux billes blanches et une rouge. Les deux billes blanches : le flic et l'assassin. Le jeu : qu'elles se rencontrent. Pour cela, la premire bille blanche a besoin de la rouge. Et cette bille rouge, c'est la victime. Valentine avait le bras dans le pltre, Mamounette crivait des haka, Robin s'inquitait pour les Dupondt. Et moi je partais la recherche de la vrit... entre les murs de l'hpital Boucicaut... entre la solitude d'un homme et son chat... et en rebondissant sur un ancien casse de bijouterie qui datait de treize ans, avec sous les yeux le costard pied-de-poule d'un vieux truand ringard et ses chaussures en croco.

  • Décembre au bord

    Yves Hughes

    Morin est crivain, mais il n'a jamais t publi. Il se donne des allures de dtective des annes 50, tout en travaillant dans une station-service. Il est angoiss mais mne une vie normale... jusqu'au drapage incontrl.

  • Rien ne va plus chez le seigneur de Branchecourt : on a enlevé sa fille unique Ludivine ! Seul Messire Hugues de Flérimont, le chevalier errant, peut la retrouver.
    Son joker ? Le jeune page Millefeuille et son irrésistible maladresse. Juché sur Petit-Pet, son fidèle destrier, voilà notre apprenti détective lancé sur la piste semée d'embûches de ce drôle de rapt à Branchecourt.

  • Mamounette avait pris des places de ring sous la tour Eiffel.
    Valentine recevait des bouquets de roses abricot d'un admirateur. Et Robin n'avait plus envie de suivre les aventures de Tintin sur ma télé : parce que son chiot, Oro, était malade. Et puis un type s'était fait tuer d'une balle dans la nuque, ce vendredi soir-là. J'allais devoir comprendre pourquoi. Quelle était cette étrange carabine qui avait craché la balle mortelle ? D'où venait-elle ? Qui l'avait tenue entre les mains ce soir-là ? Le boxer jamaïcain a fini par garder sa ceinture de champion du monde.
    Valentine a rompu. J'ai dit la vérité à Robin, pour son chien. Quant à l'assassin... Une nouvelle enquête pour Yann Gray.

  • Mon bon maître, je vous avais pourtant prévenu : quelle idée de passer la nuit dans l'antre d'une sorcière ! Maintenant que vous voilà transformé en crapaud, c'est encore à moi, pauvre Millefeuille, de nous tirer d'affaire...
    Sauf votre respect, messire, vous ne trouvez pas que vous poussez un peu ? Après Rapt à Branchecourt une nouvelle aventure désopilante du jeune Millefeuille et de son fidèle cheval Petit-Pet.

  • Polar bear

    Yves Hughes

    «Valentine exposait un peintre qui collait des oeufs sur ses toiles, Mamounette inventait des cocktails fous. Robin, lui, me prenait pour Buffalo Bill.
    Parce qu'un vieux bonhomme est monté dans le train fantôme, à la Foire du Trône. Et qu'au bout du voyage, au milieu des squelettes il est mort, un poignard en plein cOEur. Que venait-il chercher sous les lumières de la fête ? Qu'est-ce qui le poussait à revenir faire, seul, des tours de manège ? Et quel genre d'ours a surgi de l'obscurité pour s'accrocher à son wagon ?
    Je grimperais moi aussi dans le train fantôme. Puis dans la grande roue. Et je tendrais la paume de ma main à Madame Andréa, la voyante, qui y verrait... l'assassin ?

  • Une charmante damoiselle en péril, une sombre histoire de poison, un inquiétant chasseur de licornes... Décidément, être le valet d'un chevalier détective n'est pas de tout repos ! Millefeuille et Petit-Pet, son fidèle destrier, se sont une fois de plus fourrés dans un drôle de guêpier. Mais notre trouillard au grand coeur, quoi qu'en dise son maître, a plus d'un tour dans sa besace...
    Suivez l'irrésistible Millefeuilles dans sa nouvelle enquête et percez peut-être le fabuleux mystère de la licorne.

  • On est bien loin de deviner ce qui se passe derrière les caméras lorsqu'on regarde tranquillement un film chez soi. Gaspard et Béline sont fans d'une série télévisée policière. Lorsque toute l'équipe débarque pour tourner dans le zoo proche de chez eux, les deux amis se retrouvent pris au coeur d'une intrigue digne du meilleur épisode de la série... L'ambiance n'est pas au beau fixe dans l'équipe et d'inquiétants événements se succèdent qui font craindre le pire...

  • Nathan a quinze ans. Depuis la disparition en mer de ses parents, il vit avec sa grand-mère, gentiment loufoque. Passionné d'art, l'adolescent dessine ce qui l'inspire : les chevaux sauvages de Camargue, le pont du Gard, une jolie fille au parfum de violette... Mais ce talent suscite bien des convoitises. Un récit trépidant et poétique à la fois.

  • Juste un lendemain

    Yves Hughes

    Il est dans l'hiver glacé du Québec, elle dans la chaleur d'une île, là-bas, en Océanie. C'est le matin pour lui, la nuit pour elle. Décalage. Celui des heures et celui d'une vie. Quand ils étaient jeunes et qu'ils vivaient à Paris, ces deux-là s'aimaient. Et puis chacun a repris son chemin. Ce soir, ou peut-être ce matin, un coup de fil les réunit. Leurs voix tracent des souvenirs comme le pinceau d'un peintre. Lequel des deux est la mémoire de l'autre ? Lequel des est l'avenir de l'autre ?

  • Panique à la Maison de la radio ! Rosalie Douvet, l'animatrice vedette d'une émission de nuit, est retrouvée assassinée dans les couloirs de France Inter.
    Émoi parmi les fans de la jeune femme. Qui pouvait bien en vouloir à Rosalie ? Auditeur désaxé, collègue jalouse, admirateur éconduit, paparazzi rancunier ? La liste des suspects est longue et les indices infimes.

    En charge de l'affaire : Yann Gray, capitaine de la PJ. Signes particuliers : une balle logée dans la tête à l'origine d'hallucinations olfactives, quelques TOCs et un passé familial douloureux... De quoi se jeter à corps perdu dans l'enquête, du labyrinthe de la Maison de Radio France aux chambres de l'hôpital Sainte-Anne en passant par les rédactions des journaux à scandales.
    Un irrésistible roman noir parisien qui nous plonge dans des ambiances à la Simenon avec un mélange de drôlerie et de noirceur. Une enquête au rythme des voix. Dont une aura le dernier mot...

  • « Un petit conseil : ne faites jamais le métier de valet ! Surtout quand votre maître Hughes de Flérimont, chevalier et détective à ses heures, a décidé de résoudre tous les mystères de la création. Le voilà cette fois sur le chantier d'un château fort où se produisent de bien étranges disparitions... Et naturellement, quand le danger pointe le bout de son nez, c'est toujours sur moi que compte mon cher maître. » On retrouve le valet Millefeuille et son maître dans une nouvelle aventure... Cette fois, leur errance les conduit en Normandie, sur les terres du seigneur Ganelon. Ce dernier, obsédé par la sécurité, se fait construire un château fort qu'il veut inexpugnable. Mais rien de va plus sur le chantier : son architecte, puis des maçons, ont disparu tour à tour. Tandis que Hugues de Flérimont prend la direction des travaux, Millefeuille mène l'enquête à sa manière : malhabile, couarde, mais ô combien drôle et sympathique !

  • Interieur nuit

    Yves Hughes

    Dans sa maison de banlieue, un comédien de théâtre et de séries télévisées à la retraite surprend un cambrioleur, ou plutôt une très jeune cambrioleuse qui le prend... pour un voleur concurrent entré par effraction pour la même raison qu'elle ! Pour sauver sa peau et ses biens, puis un peu parce qu'il tombe sous le charme, le propriétaire cambriolé va se glisser dans la peau d'un personnage de vieux truand, plein d'un paternalisme suranné à l'égard de l'adolescente asociale qui lui fait face. Une scène lourde de conséquence qui durera l'espace d'une nuit et qui va lui permettre d'avoir une dernière fois le « beau rôle ». Mais donnera-til le change ? Et qui, en fin de compte, se montrera le plus protecteur envers l'autre ?
    Entre son boulot à la station service de l'autoroute en périphérie de la capitale et son studio en ville, un solitaire introverti caresse le rêve de devenir un auteur de polars à succès. Son impuissance à décrocher un contrat n'est que le reflet d'une impuissance plus fonctionnelle, elle-même symbolique de son incapacité à arracher sa vie à l'emprise mortifère de ses fantasmes.
    La fille qui vit en face n'a pas de rideaux à ses fenêtres. Pour Juju et Piet, deux garnements d'une dizaine d'années, c'est l'occasion de se rincer l'oeil à tour de rôle avec la longue vue de papa. Pas tout à fait à tour de rôle : Juju raconte ce qu'il voit ou croit voir, brode un peu, et finalement Piet préfère l'écouter et imaginer. Jusqu'au jour où quelque chose d'anormal se produit. Un homme a pénétré dans l'univers de la blonde. Il y a comme un affrontement. C'est très physique. Juju en perd la voix...
    En six nouvelles de longueur variable, Yves Hughes nous fait entendre cette « petite musique » si particulière et si personnelle qui a déjà enchanté la critique : une tendresse pour ses personnages peu commune dans le polar, en même temps qu'une distance qui peut les rendre pathétiques ou détestables. Et toujours cette « oreille » exceptionnelle qui en font un des meilleurs dialoguistes de sa génération.

empty