Mots du libraire

  • bellissima

    Simonetta Greggio

    « Qu'est-ce qui m'a poussée, jeune fille, à abandonner mes proches, ma maison, ma langue maternelle ?
    Pourquoi ai-je laissé derrière moi mes amis, mes petits frères, ma mère, mon pays ?
    Qu'est-ce qui fait qu'un homme tendre comme mon père est devenu un monstre, à un moment donné ?
    Quel est ce mal qui m'a rongée jusqu'à presque en crever ?
    Cela s'appelle Italie : ma douleur, mon amour, ma patrie.
    Un pays qui n'a pas fait les comptes avec le fascisme dont il fut l'inventeur.
    Un pays comme une famille, plein de secrets - bruyants, destructeurs, meurtriers. ».

    Après Dolce Vita 1959-1979 et Les Nouveaux Monstres 1978-2014, Simonetta Greggio poursuit son « autobiographie de l'Italie ». Pour la première fois, elle raconte l'histoire de sa famille, de ses parents, et la sienne. À la violence intime répondent les années sombres et rouges de l'Histoire.

    Coup de cœur de Marcelle

    L'auteure retrace son parcours inextricablement lié à celui de l'Italie:

    de sa mère, petite fille juive confiée à une famille catholique traditionaliste pendant la guerre, à son père, prête-nom d'un magnat douteux des BTP dont les malversations conduiront à la tragédie du "Pont Morandi" en 2018.

    Dans ce récit sans faux-fuyants et sans fard, nous suivons Simonetta Greggio dans ses questionnements sur l'histoire de l'Italie, sur la violence qui a submergé le pays et qui en a conditionné les êtres: Mussolini et le fascisme, la Mafia et ses crimes, les Brigades Rouges et les attentats…

    Roman à la fois historique et personnel, passionnant !

  • true story

    Kate Reed Petty

    Talentueuse mais solitaire, Alice Lovett prête sa plume pour écrire les histoires des autres. Pourtant elle reste hantée par la seule histoire qui lui échappe : sa propre vie.
    Une simple rumeur, lancée en ce lointain été 1999 par deux ados éméchés, a embrasé en un rien de temps toute la communauté. Que s'est-il réellement passé sur la banquette arrière de cette voiture alors qu'ils ramenaient Alice, endormie, chez elle ? Accusations, rejets, déni, faux-semblants... la réalité de chaque protagoniste vacille et reste marquée à tout jamais. Et quand le présent offre une chance de réparer le passé, comment la saisir ? Faut-il se venger ou pardonner ? Ou mieux vaut-il tout oublier ? Mais peut-on oublier ce qu'on n'a jamais vraiment su ?
    Construit comme un piège machiavélique qui bouscule les certitudes du lecteur, True Story explore la fluctuante tension entre fiction et réalité et la manière dont notre société diffuse et affronte la rumeur.

    Coup de cœur de Chloé

    C’est l’histoire d’une rumeur. Fin des années 90, fin de soirée, une adolescente ivre est ramenée par deux garçons, éméchés également… Que s’est-il passé sur cette banquette arrière ? Comment une soirée peut changer une vie ? Et celle de ceux qui y sont mêlés de près ou de loin… « True story » est un véritable page-turner, la construction du roman est aussi étonnante et donne du souffle au récit ! Un sujet fort pour un roman fort, à découvrir !

  • artifices

    Claire Berest

    Abel Bac, flic solitaire et bourru, évolue dans une atmosphère étrange depuis qu'il a été suspendu. Son identité déjà incertaine semble se dissoudre entre cauchemars et déambulations nocturnes dans Paris. Reclus dans son appartement, il n'a plus qu'une préoccupation : sa collection d'orchidées, dont il prend soin chaque jour.
    C'est cette errance que vient interrompre Elsa, sa voisine, lorsqu'elle atterrit ivre morte un soir devant sa porte.
    C'est cette bulle que vient percer Camille Pierrat, sa collègue, inquiète de son absence inexpliquée.
    C'est son fragile équilibre que viennent mettre en péril des événements étranges qui se produisent dans les musées parisiens et qui semblent tous avoir un lien avec Abel.
    Pourquoi Abel a-t-il été mis à pied ?
    Qui a fait rentrer par effraction un cheval à Beaubourg ?
    Qui dépose des exemplaires du Parisien où figure ce même cheval sur le palier d'Abel ?
    À quel passé tragique ces étranges coïncidences le renvoient-elles ?
    Cette série de perturbations va le mener inexorablement vers Mila. Artiste internationale mystérieuse et anonyme qui enflamme les foules et le milieu de l'art contemporain à coups de performances choc.
    Pris dans l'oeil du cyclone, le policier déchu mène l'enquête à tâtons, aidé, qu'il le veuille ou non de Camille et d'Elsa.

    Le nouveau roman de Claire Berest est une danse éperdue, où les personnages se croisent, se perdent et se retrouvent, dans une enquête haletante qui voit sa résolution comme une gifle.

    Coup de cœur de Chloé

    Abel est un flic à la dérive mis aux arrêts depuis une semaine, il ne sait pas pourquoi et personne ne lui dit… Elsa, une voisine encombrante, va venir s’encastrer dans sa vie et bouleverser son quotidien. En parallèle, d’étranges performances artistiques ont lieu dans Paris. Rapidement, les personnages vont se retrouver mêlés à cette histoire où passé et présent se croisent. Un roman presque noir, ultra-prenant servi par des personnages bien écrits ! Un inratable de la rentrée littéraire !

  • Bloom, étudiante en psycho, s'est éprise de son professeur de violoncelle. Virgile est sexy, lunatique, et... mort. Un foutu vampire de 283 ans, du genre dépressif derrière des lunettes en forme de coeur. Problème, la mélancolie fait geler le sang des vampires et les tue. Sur un coup de tête, Bloom vole la voiture de sa soeur et emmène Virgile à Brocéliande. Il paraît que, là-bas, une communauté de monstres s'ébat joyeusement sous terre. Est-ce que la jeune fille se lance dans ce voyage parce que la fin du monde approche ? Parce qu'elle n'a rien à perdre ? Ou simplement mue par ses sentiments naissants pour Virgile ? Une romance sensuelle, déjantée, à l'énergie rock, qui se dévore comme une série.

    Coup de cœur d'Eloïse

    Depuis quelques semaines Bloom prend des cours de violoncelle avec le singulier Virgile. Virgile est sexy, lunatique, vieux (283 ans d'existence vampirique) mais surtout dépressif. Et la dépression, c'est pas terrible pour les vampires, les voilà donc partis pour Brocéliande, où vit une communauté de créatures magiques. Road trip drôle et déjanté, aux personnes hautes en couleurs ! Par ici, on a adoré !

  • 369. C'est le nombre de Photomatons que Jacob B'rebi a pris de lui-même entre 1973 et 1974. À quoi pouvaient bien servir ces selfies d'avant l'heure qui montrent tantôt un visage troublé, tantôt un rire forcé, qui paraissent si familiers et lointains en même temps ? Sont-ils l'expression d'une coquetterie, d'un humour solitaire ou la clé d'un mystère ?

    Lorsque Christophe Boltanski ouvre cet album ramassé aux puces, il est aussitôt aspiré par ces figures sorties d'un conte de Lewis Carroll. L'homme s'est réinventé en de multiples personnages, l'un barbu, l'autre glabre, l'un en uniforme, l'autre en chemisette décontractée. Acteur, steward, espion ? Les détails pourraient devenir des indices - ou des trompe-l'oeil. Au dos des clichés, des adresses nourrissent encore l'énigme, de Rome à Bâle, de Marseille à Barbès ; quant aux prénoms ou diminutifs, ils ressemblent à des alias.

    Christophe Boltanski veut comprendre qui fut cet homme. Son besoin de savoir le conduit dans des échoppes à l'abandon, des terrains vagues, des docks déserts, des lieux ultra-sécurisés, puis dans les cimetières de Djerba, et enfin en Israël, aux confins du désert du Néguev ou au pied du mont Hermon. Patiemment, l'auteur reconstitue les vies vécues et rêvées de Jacob, où se mêlent paradis perdu, exil, désirs de vengeance, guerres et ambitions artistiques. Peu à peu, la quête s'approche du mythe, celui d'un homme qui recherche une terre pour oublier les arrachements de l'enfance, mêle instinct de fuite et de liberté, dans l'espoir de se réconcilier avec la mort et avec la vie.

    Après La Cache qui a reçu le prix Femina et Le Guetteur, Christophe Boltanski élargit son exploration littéraire à un anonyme, si représentatif d'une France prise par les violences de l'Histoire, où l'existence individuelle oscille entre goût du secret et quête de sens. Une épopée contemporaine, où l'émotion saisit le lecteur page à page.

    Coup de cœur de Marcelle

    C'est l'histoire d'un album photo chiné aux Puces. C'est aussi l'histoire d'un homme, l'unique sujet des 369 photomatons de l'album. Et c'est, par conséquent, l'histoire de l'incroyable enquête que mène Christophe Boltanski pour retrouver la trace de Jacob ou Jacques ou Zakine. Comme dans l'Odyssée d'Homère, ce nouvel Ulysse va traverser la Méditerranée, affronter l'adversité, changer d'identité et résoudre des énigmes avant d'arriver au port après un long voyage. Mais Pénélope s'est lassée… Il est touchant et émouvant ce nouveau livre de Christophe Boltanski

  • Ce n'est pas vraiment une ville, plutôt une sorte de village de pêcheurs aux maisons d'un étage, en bois peint de couleurs vives, nichées au creux d'un bras de mer qui s'enfonce comme une langue, à l'extrême nord de la Norvège. C'est là que tout commence, ou plutôt que tout semble finir. Ça a débuté avec l'accident sur la plateforme pétrolière, de l'autre côté du chenal. Ça continue avec cette fissure qui menace le glacier, ces poissons qu'on retrouve morts. Quel est le lien entre tous ces événements ? C'est en tant qu'ingénieur que Noah, enfant du pays, va revenir et recroiser la route de trois de ses anciens amis, comme au temps où il était le maître de leurs jeux de rôles, Sigurd, du nom de cette maudite plateforme.

    Coup de cœur de Marcelle

    Climax c'est l'état optimal d'équilibre de la Nature mais, ici, tout commence par une catastrophe écologique au nord de la Norvège: une plate-forme pétrolière en mer a explosé entraînant des réactions en chaîne incontrôlables. Dans ces contrées où régnaient Odin, Thor et tous les dieux du Ragnarök, est-ce la fin du monde qui se prépare ? Thomas Reverdy va subtilement doser légendes scandinaves, constats écologiques, suspens et jeu de rôle. Il nous propose, à nous lecteurs, de le suivre dans ce jeu de rôle ou de nous laisser porter par son récit. C'est astucieux et magistral!

  • Aster, la protectrice.
    Violette, la favorite.
    Tanny, la bienveillante.
    Mauve, la combattante.
    Clémentine, l'étincelle.
    À Arketta, on les appelle « Les filles de la Chance ».
    Leur « chance », c'est d'avoir été vendues, enfants, à la maison de bienvenue.
    D'avoir été marquées et emprisonnées comme des animaux.
    Le jour où l'une d'entre elles tue accidentellement un homme, signant leur perte à toutes, les jeunes filles n'ont d'autre choix que de fuir. Traversant un pays désolé où l'injustice règne en maître, elles fuient en quête de liberté, de renouveau, d'espérance.
    Pour survivre, il leur faudra bien plus que de la chance...
    Prenez garde à ne pas les sous-estimer, vous pourriez bien y perdre la vie...

    Coup de cœur d'Eloïse

    Le soir de leur seizième anniversaire, au sein de leur maison d'hospitalité, les filles de l'aube deviennent les filles du crépuscule. Le soir de sa "nuit de chance" Clem dit NON ! Et les voilà, elle, sa sœur et leurs amies sur les routes sombres et peuplées de créatures effrayantes. Un objectif : fuir et trouver le moyen de retirer leurs faveurs (tatouages ensorcelés qui les privent de toute liberté). Quel premier roman nous livre ici Charlotte Nicole Davis ! Énormément d'aventure, beaucoup de magie, une pointe de western, des filles courageuses se battant pour leurs vies et leurs libertés ! Bref: génial en tous points. Dès 14 ans, sujets sensibles

  • 1794

    Niklas Natt Och Dag

    Stockholm, 1794. Une nouvelle année commence sous le régime autoritaire du baron Reuterholm, conseiller du roi. Dans une métairie de l'intérieur du pays, une jeune fille est retrouvée morte le lendemain de ses noces. Victime d'une attaque de loups, conclut-on un peu précipitamment. Sauf que le jeune marié est introuvable. Et que personne ne semble vouloir faire la lumière sur cette étrange affaire. Désespérée, la mère de la victime décide de faire appel à Jean Michael Cardell, un invalide de guerre traumatisé par sa dernière enquête. Voyant une occasion de garder ses démons à distance, Cardell se lance corps et âme dans cette nouvelle investigation. Mais il est loin d'imaginer l'ampleur et la monstruosité de la vérité.

    Après 1793, Niklas Natt och Dag nous plonge à nouveau dans le monde grouillant et pourrissant d'une monarchie suédoise terrifiée par la révolution. D'une écriture toujours aussi évocatrice, noire et puissante, il captive le lecteur dès la première page, pour ne plus le lâcher. Mieux qu'un roman : une expérience fascinante.

    Coup de cœur de Marcelle

    Nous avons laissé l'année 1793, du même auteur, après la résolution d'affaires abjectes et sanglantes. Et nous voici à l'aube de 1794, à Stockholm. Un crime a été commis qui n'intéresse pas les forces de l'ordre. La mère de la jeune victime fait alors appel à Cardell, un ancien policier, manchot et vétéran de guerre. Cardell va devoir affronter ce que la société suédoise a de plus vil ! "Décidément, il y à quelque chose pourri au royaume" aurait pu dire Hamlet s'il avait été Suédois ... Gros coup de cœur pour ce livre comme pour le précédent, Niklas Natt och Dag est un vrai conteur de ces histoires sombres, sombres !

  • Six filles. Six garçons. Six minutes pour se rencontrer. L'éternité pour s'aimer.

    Ils veulent marquer l'histoire avec un grand H.
    Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d'un même vaisseau spatial. Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l'oeil des caméras embarquées. Ils sont les prétendants du programme Genesis, l'émission de speed-dating la plus folle de l'Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars.
    Elle veut trouver l'amour avec un grand A.
    Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l'une des six élues. Elle a signé pour la gloire. Elle a signé pour l'amour. Elle a signé pour un aller sans retour...
    Même si le rêve tourne au cauchemar, il est trop tard pour regretter.

    Saga romanesque best-seller couronnée de prix et traduite dans plusieurs langues dont l'anglais, Phobos est un thriller de science-fiction en apesanteur, mariant romance spatiale et course pour la survie. Phobos est aujourd'hui adapté en bande dessinée par son maître d'oeuvre, Victor Dixen, et par le brillant artiste brésilien Eduardo Francisco.

    Coup de cœur d'Eloïse

    Ils veulent marquer l'Histoire. 12 jeunes embarquent pour un aller simple en direction de Mars ! L'objectif : coloniser la planète, mais les choses sont-elles aussi simples que cela ? L'adaptation en bande dessinée de la saga "Phobos" arrive demain, et on est déjà impatientes de lire la suite de cet album de science fiction aux illustrations des plus réalistes et aux personnages hauts en couleur !

  • Moscou, 1939. Le biologiste Rudolf Mayer a parcouru plus de huit cents kilomètres pour présenter aux autorités ses recherches sur une souche hautement virulente de la peste. Ce n'est qu'après cette réunion qu'il comprend qu'il a été contaminé, et que toutes les personnes qu'il a croisées peuvent l'être également.
    La police soviétique déploie alors un très efficace plan de mise en quarantaine. Mais en ces années de Grandes Purges, une mise à l'isolement ressemble à une arrestation politique, et les réactions des uns et des autres peuvent être surprenantes.
    Dans ce texte datant de 1988, Ludmila Oulitskaïa donne à voir ce qui peut se passer lorsqu'une épidémie éclate au coeur d'un régime totalitaire. Découvert en Russie au printemps 2020, ce texte inédit, plein d'humour et d'humanisme, résonne singulièrement dans le contexte mondial de la pandémie de coronavirus.

    Coup de cœur de Marcelle

    URSS 1939. Rudolf Mayer travaille sur certaines cellules souches de ... la peste. Convoqué à un séminaire à Moscou, il prend le train pour la capitale. Hélas, il est contaminé ! Avec l'expérience que nous avons maintenant des pandémies et de leurs variants nous pouvons imaginer le sillage mortel que trace Rudolf Mayer ! Mais nous sommes en URSS ... le NKVD, la police politique, va prendre l'affaire en main et, pour une fois, œuvrer pour le bien public, mais à sa façon : traçage des cas contacts, isolement ... le tout manu militari car rien de doit fuiter ... Et quand on a l'habitude de traquer des opposants, les malades affaiblis, c'est trop facile. Bref, un excellent scénario pour un film catastrophe haletant, surtout que l'histoire est basée sur un fait vrai...

  • Coup de cœur d'Eloïse

    Une très belle découverte ! « Brindille, Will, Emâ et Mahikan : quatre personnages malmenés par la vie prennent leur destin en main ». Superbe roman choral, on se laisse facilement embarquer par les personnages. A chaque fin de chapitre, on est triste de laisser l’un d’entre eux et en même temps heureux de retrouver le suivant. Des personnages touchants et attachants, mais surtout une question : Quand et comment vont-ils tomber les uns sur les autres ? Une très jolie écriture, tout en douceur qui donne vraiment envie de voir des loups, de visiter la Mauricie (Canada) et d’entendre les légendes des Antikamekw ! Dès 13 ans

  • avant l'été

    Claudie Gallay

    Jess a vingt-trois ans et quatre amies de toujours. Pour la fête du Printemps, les cinq filles décident de présenter un défilé de mode : elles vont chiner, coudre et créer des tenues, mais surtout elles vont oser monter sur scène, entrer dans la lumière. Envisager cette audace, c'est déjà changer, or Jess va changer bien plus encore, en quelques mois, au risque de perdre une amie, au risque de se découvrir, au risque de s'envoler. Un roman de la métamorphose, frais, joyeux et enlevé, plein de promesses d'avenir.

    Coup de cœur de Marcelle

    Cinq amies d’enfance dans les anne?es 80 vont vivre une aventure qui va les re?ve?ler à elles-mêmes : un de?file? de mode sur la place du village pour la fe?te du printemps. C’est avant l’e?te? et les vacances ; on est encore au printemps des saisons, avant l’e?te? de la maturite?, avant la mue, au printemps de leurs jeunes vies. Roman d’apprentissage tout en nuances et subtilite?s. Plus de 500 pages joyeuses et tristes, on les accompagne avec bonheur. Pas une ligne de trop.

  • Hamnet

    Maggie O'Farrell

    • Belfond
    • 1 Avril 2021

    Un jour d'été 1596, dans la campagne anglaise, une petite fille tombe gravement malade. Son frère jumeau, Hamnet, part chercher de l'aide car aucun de leurs parents n'est à la maison...

    Agnes, leur mère, n'est pourtant pas loin, en train de cueillir des herbes médicinales dans les champs alentour ; leur père est à Londres pour son travail ; tous deux inconscients de cette maladie, de cette ombre qui plane sur leur famille et menace de tout engloutir.

    Porté par une écriture d'une beauté inouïe, ce nouveau roman de Maggie O'Farrell est la bouleversante histoire d'un frère et d'une soeur unis par un lien indéfectible, celle d'un couple atypique marqué par un deuil impossible. C'est aussi l'histoire d'une maladie « pestilentielle » qui se diffuse sur tout le continent. Mais c'est avant tout une magnifique histoire d'amour et le tendre portrait d'un petit garçon oublié par l'Histoire, qui inspira pourtant à son père, William Shakespeare, sa pièce la plus célèbre.

    Coup de cœur de Chloé

    Hamnet est un texte d’une beaute? rare et saisissante ou? il est question de la famille de Shakespeare, plus particulie?rement de sa femme et ses jumeaux laisse?s a? la campagne alors que la peste arrive en Grande Bretagne. Si vous ne connaissez pas Maggie O’Farell, c’est le moment ! Une autrice a suivre.

  • Carrickfergus, près de Belfast, septembre 1983, en plein conflit nord-irlandais. L'inspecteur Sean Duffy, l'un des rares catholiques au sein du RUC, la police royale d'Ulster, est radié sur la base de fausses accusations. Au même moment, Dermot McCann, un habile poseur de bombes et ancien camarade de classe de Duffy, s'évade de prison et devient la cible principale des services de renseignement britanniques. Le MI5 extirpe Duffy de sa retraite alcoolisée afin que ce dernier les aide à traquer McCann. Mais pour obtenir des informations sur la cachette du fugitif, l'ex-inspecteur doit d'abord résoudre un meurtre en chambre close. Sa quête va finalement le conduire à Brighton où se trame une tentative d'assassinat sur le Premier Ministre Britannique, Margaret Thatcher.
    />

    Coup de cœur de Marcelle

    1980 en Irlande du Nord. L’inspecteur Sean Duffy vérifie chaque jour que ni les bombes de l’IRA, ni Margaret Thatcher ne se retrouvent sur son chemin. Pour ce policier catholique de la police royale d’Ulster les temps sont incertains jusqu’à ce que le MI5 le recrute pour ses relations de jeunesse avec les indépendantistes. Une double enquête palpitante sur un ton enlevé et plein d’humour. Idéal pour mieux comprendre la guerre qui a endeuillé l’Irlande.

  • Depuis l'enfance, une question torture le narrateur :
    - Qu'as-tu fait sous l'occupation ?
    Mais il n'a jamais osé la poser à son père.
    Parce qu'il est imprévisible, ce père. Violent, fantasque. Certains même, le disent fou. Longtemps, il a bercé son fils de ses exploits de Résistant, jusqu'au jour où le grand-père de l'enfant s'est emporté : «Ton père portait l'uniforme allemand. Tu es un enfant de salaud ! ».
    En mai 1987, alors que s'ouvre à Lyon le procès du criminel nazi Klaus Barbie, le fils apprend que le dossier judiciaire de son père sommeille aux archives départementales du Nord. Trois ans de la vie d'un « collabo », racontée par les procès-verbaux de police, les interrogatoires de justice, son procès et sa condamnation.
    Le narrateur croyait tomber sur la piteuse histoire d'un « Lacombe Lucien » mais il se retrouve face à l'épopée d'un Zelig. L'aventure rocambolesque d'un gamin de 18 ans, sans instruction ni conviction, menteur, faussaire et manipulateur, qui a traversé la guerre comme on joue au petit soldat. Un sale gosse, inconscient du danger, qui a porté cinq uniformes en quatre ans. Quatre fois déserteur de quatre armées différentes. Traître un jour, portant le brassard à croix gammée, puis patriote le lendemain, arborant fièrement la croix de Lorraine.
    En décembre 1944, recherché par tous les camps, il a continué de berner la terre entière.
    Mais aussi son propre fils, devenu journaliste.
    Lorsque Klaus Barbie entre dans le box, ce fils est assis dans les rangs de la presse et son père, attentif au milieu du public.
    Ce n'est pas un procès qui vient de s'ouvrir, mais deux. Barbie va devoir répondre de ses crimes. Le père va devoir s'expliquer sur ses mensonges.
    Ce roman raconte ces guerres en parallèle.
    L'une rapportée par le journaliste, l'autre débusquée par l'enfant de salaud.

    Coup de cœur de Marcelle

    Tout commence par le récit de la rafle des enfants d'Izieux. Le procès de Klaus Barbie s'ouvre, nous sommes en 1987. A ce moment-là, le grand-père de Sorj Chalandon, le journaliste qui couvre le procès, assène ces phrases terribles: son "père, pendant la guerre, il était du mauvais côté...il faudra bien qu'il l'apprenne un jour! c'est un enfant de salaud et il faut qu'il le sache!"... Dès lors, deux procès s'instruisent: celui de Klaus Barbie, défendu par Jacques Vergès, et celui du père, mené par son fils. L'histoire et l'Histoire sont intimement mêlées et forment un récit poignant et édifiant. Sans doute l'ultime volet de la série que Sorj Chalandon a consacré à son père, "le premier de mes traîtres"…  

  • éclosion

    Ezekiel Boone

    Au coeur de la jungle péruvienne, une étrange et menaçante masse noire s'abat sur un groupe de touristes américains en excursion. Et les dévore vivants. Un peu partout dans le monde, des phénomènes anormaux et inexpliqués se produisent. Jusqu'à ce qu'en Chine, une bombe nucléaire explose, transformant tout l'ouest du pays en un vaste champ de ruines atomiques. Premier volet d'une trilogie, «Éclosion» est un thriller apocalyptique haletant, quelque part entre «Jurassic Park» et «The Walking Dead».

    Le début de la fin

    Le début de la fin… Clairement, ça ne pouvait pas être plus catastrophique que ça… D’un coup, et de toutes parts, des araignées millénaires envahissent et dévorent les gens ! Au travers plein de personnages, nous suivons l’évolution et la réaction de l’humanité, comment va-t-elle réagir ? Un "page-turner" saisissant, parfait pour les vacances !

    Chloé

  • « Man'yô avait beau avoir été ramassée et élevée par cette femme des villages, bonne et douce, la femme des montagnes qu'elle était ne lui ressemblerait jamais. » À l'été 1953, la petite Man'yô est recueillie par un couple d'ouvriers du village de Benimidori. Rien ne la prédestine à intégrer, quelques années plus tard, l'illustre clan Akakuchiba qui a fait fortune dans la sidérurgie. Lorsque la crise industrielle frappe le Japon, la famille est menacée. Sa survie dépend désormais de la fille rebelle de Man'yô. Mais celle-ci, à la tête d'un gang de motardes, a d'autres soucis que de perpétuer l'héritage familial...
    À travers le destin de trois femmes, La légende des filles rouges dresse un portrait captivant des évolutions de la société japonaise jusqu'à nos jours.

    Coup de cœur de Chloé

    La légende commence avec Man’yo en 1953, jeune orpheline que rien ne prédestine à devenir l’héritière de la famille Akakuchiba qui a fait fortune dans la sidérurgie… De là, nous allons suivre la famille dans les remous de l’histoire du Japon… Une épopée extraordinaire au travers trois portraits de femmes, atypique et rocambolesque !

  • Libraire spécialisé en roman policier, Malcolm Kershaw reçoit la visite surprise du FBI.
    L'agent Gwen Mulvey enquête sur deux affaires étranges : une série de meurtres qui rappelle un roman d'Agatha Christie, et un "accident" qui fait écho à un livre de James Cain.
    Elle espère donc que l'avis d'un expert du genre lui permettra d'interpréter correctement les (rares) indices à sa disposition. Et ce n'est pas tout : Malcolm, quinze ans plus tôt, a publié sur son blog une liste intitulée »Huit crimes parfaits», où figuraient ces deux intrigues.
    Serait-il possible qu'un tueur s'en inspire aujourd'hui ? Très vite, l'angoissante certitude s'impose : le tueur rôde déjà à proximité. Malcolm commence à le voir partout, et sent un véritable noeud coulant se resserrer autour de son cou.
    Une intrigue irrésistible et une brillante variation autour du roman policier, avec en filigrane cette question éternelle : le crime parfait existe-t-il ?

    Coup de cœur de Chloé

    Chouette roman policier ! Un libraire spécialisé en polar publie sur son blog une liste de 8 livres dans lesquels sont commis un crime parfait ! Des années plus tard, c'est le FBI qui va s'intéresser à cette liste. Une série de crimes ressemblent étrangement à ceux répertoriés par le libraire. Dès les premières lignes, on est embarqué dans cette librairie, qui petit à petit va dévoiler ses sombres secrets.

  • La grand-mère de Mai mène une vie solide et calme dans la montagne au milieu des chênes et des noisetiers. Mai, 13 ans, ne veut plus retourner en cours, oppressée par l'angoisse et la souffrance intérieure, a été envoyée auprès d'elle pour se reposer. Cette grand-mère un peu sorcière va lui transmettre les secrets des plantes qui guérissent et les gestes bien ordonnés qui permettent de conjurer les émotions qui nous étreignent.
    Ce n'est pas le paradis, même si la lumière y est si limpide, car la mort habite la vie et, en nous, se débattent des ombres comme la colère, le dégoût, la tristesse. Mais auprès de sa grand-mère, Mai apprendra à laisser derrière elle son mal-être pour faire confiance aux forces de la vie, et aussi aux petits miracles tout simples qui nous guident vers la lumière.

    Coup de cœur de Chloé

    Mai ne veut plus aller au collège, ses parents décident de l’envoyer chez sa grand-mère. Le temps d’un été, elle va apprendre à connaître cette femme mystérieuse et, grâce à elle, commencer à comprendre un peu les aléas de la vie… Un récit tout en délicatesse.

  • Tête de beur, nom juif et chanteur homonyme : François Feldman était mal barré dès le début. Et ça ne s'est pas amélioré. Sa banquière BCBG, Juliane, lui refuse un nouvel emprunt et Saïd, qui règne sur la cité, cesse de l'aider. Mais grâce à un terrible accident, François tient enfin sa chance : Juliane tue le cousin de Saïd et a besoin de son aide pour fuir les caïds et la police. S'ils s'en sortent, il sera en bonne position pour négocier. Encore faut-il s'en sortir.

    Auteur à suivre !

    Humour féroce et grinçant avec une course poursuite complètement loufoque. Ce n'est pas vraiment un polar mais c'est vraiment inclassable... Pour adeptes d'Hannelore Cayre (La Daronne) ou des frères Coen (The Big Lebowski) par exemple, mais toutes proportions gardées.  

  • memory

    Arnaud Delalande

    Au coeur de Memory, une clinique spécialisée perdue dans la montagne et la forêt, un patient est retrouvé pendu. Un suicide qui a tout l'air d'un meurtre déguisé : huit personnes ont assisté à la scène.
    Un homme mort. Huit témoins. Un huis clos. La combinaison parfaite pour une enquête vite résolue... C'est sans compter sur l'amnésie bien particulière dont souffrent les résidents : leur mémoire n'excède pas six minutes. Ils ont vu, mais ils ne se souviennent pas.
    En plein deuil de son père adoptif, Jeanne Ricoeur, jeune inspectrice de police, hérite de cette affaire impossible. Elle découvre une communauté à part, celle d'étranges victimes de la vie à la mémoire brisée, au quotidien hanté de post-it et de mémos. Tandis qu'elle essaie désespérément de reconstituer le puzzle du drame, ses propres démons refont surface...

    Auteur à suivre

    Un faux suicide, huit témoins amnésiques internés qui font tout pour se rappeler, Jeanne la policière qui fait tout pour gommer ses souvenirs et la neige qui tombe dru sur Annecy et efface les traces... Voilà les ingrédients d'une intrigue bien ficelée que vous ne devriez pas...oublier !

  • Louise a fondé une petite agence de communication. Elle est jeune et démarre une brillante carrière, malgré les aléas du métier, liés en particulier à son fantasque et principal client, un célèbre designer , Stan. Elle doit aussi jongler avec les fantasmes déconcertants de son amant, Vincent. Mais elle a autre chose en tête : des carpes. De splendides carpes japonaises, des Koï. Celles que son père, récemment décédé, avait réunies au cours de sa vie, en une improbable collection dispersée dans plusieurs plans d'eau de Paris. Avec son frère, elle doit ainsi assumer un étrange et précieux héritage.

    Coup de cœur de Charlette

    Joli premier roman, bien écrit plein de poésie, original qui fait du bien en période de pandémie .  Louise apprend que son frère a vendu une carpe appartenant à leur défunt père et qu’un jardinier s’apprête à vendre les autres. Elle décide d’agir avec les amis de son père pour sauver les précieuses carpes qui étaient sa passion . Elle découvrira également le secret si bien caché de cet homme. Je n’en dis pas plus, on se laisse emporter par le récit et on apprend beaucoup de choses sur les carpes japonaises! Un régal. Voilà les ingrédients d'une intrigue bien ficelée et que vous ne devriez pas...oublier  

  • Avant d'écrire, Guy Boley a lu, énormément, en vrac et à l'emporte-pièce, comme tout autodidacte. Puis, un jour, un livre de Pierre Michon, Vies minuscules. Ebloui par ce texte, il est allé le rencontrer, il y a plus de trente ans, dans une librairie, lors d'une séance de signatures. Ils sont devenus amis. Quelques années plus tard, il lui écrit cette lettre, hommage non idolâtre dans lequel il compare le métier d'écrivain à celui qui fut le sien des années durant : funambule.
    Qu'ont en commun l'auteur et l'acrobate ? Presque tout de ce qui rend la vie séduisante, dont ceci : chacun doit affronter le vertige, le vide, et le risque de la chute. Parce qu'il a su braver la peur et se relever après s'être brisé maintes fois, Pierre Michon mérite, aux yeux de Guy Boley, le titre de Funambule Majuscule. Il nous dit pourquoi. Mais pour illustrer son propos, il se livre également et partage avec nous ses souvenirs d'un temps où il risquait sa peau en traversant le ciel. Il raconte comment il grimpait des mètres au-dessus du sol pour s'élever et tendre ses cordes d'acier avant de se lancer, et nous invite sur les toits, les clochers, les hauteurs, à le suivre.

    Déclaration d'amour, ce court texte est le plus intime de Guy Boley. Il y assume le je pour se confier, se raconter funambule, lecteur et prétendant auteur, mais aussi revenir sur ses rêves utopiques de jeune soixante-huitard ou la mort de son père. Avec une force et une poésie brutes, il nous livre ainsi une confession inédite et une réflexion profonde et terriblement juste sur l'écriture, la littérature, et la beauté que traquent ceux qui la servent encore.
    La lettre est suivie de la réponse de Pierre Michon à Guy Boley.

    Coup ?? de Marcelle !

    Venu rencontrer l'auteur d'un premier roman pour une dédicace en librairie, le narrateur est sidéré de constater qu'il n'y a personne pour partager l'admiration qu'il lui porte. S'en suivent quelques pages savoureuses sur les grands moments de solitude que connaissent parfois les auteurs qui ne sont pas passés à la télé... Toujours est-il qu'une amitié naît ce soir-là entre Guy Boley, funambule pas encore auteur, et Pierre Michon, auteur magnifique de "Vies minuscules", qui n'a pas encore reçu une dizaine de prix littéraires ! "Funambule majuscule" raconte l'histoire de cette soirée mémorable et la belle amitié qui en naquit et les trois dernières pages sont la réponse de Pierre Michon. En voilà une dédicace comme on en rêve !!

  • Sur la réserve indienne de Rosebud, dans le Dakota du Sud, le système légal américain refuse d'enquêter sur la plupart des crimes, et la police tribale dispose de peu de moyens. Aussi les pires abus restent-ils souvent impunis. C'est là qu'intervient Virgil Wounded Horse, justicier autoproclamé qui loue ses gros bras pour quelques billets. En réalité, il prend ses missions à coeur et distille une violence réfléchie pour venger les plus défavorisés. Lorsqu'une nouvelle drogue frappe la communauté et sa propre famille, Virgil en fait une affaire personnelle. Accompagné de son ex-petite amie, il part sur la piste des responsables de ce trafic ravageur. Tiraillé entre traditions amérindiennes et modernité, il devra accepter la sagesse de ses ancêtres pour parvenir à ses fins.
    Loin des clichés, Justice indienne pose un regard sans fard sur la vie des Indiens Lakota, confrontés plus que jamais à la question universelle : peut-on se faire justice soi-même ?

    Coup ?? de Marcelle !

    Ethno-polar (ou roman policier ethnologique) dont les pionniers furent entre autres Arthur Upfield et son enquêteur aborigène, Napoléon Bonaparte, et Tony Hillerman avec les policiers navajos, Joe Leaphorn et Jim Chee. Cette fois, nous sommes dans une réserve lakota à la recherche de dealers sans scrupules. Mais c'est surtout le moyen pour David Heska Wanbli Weiden de nous montrer la réalité de la vie dans les réserves, les aumônes du gouvernement des Etats-Unis face aux spoliations dont ont été victimes les peuples indigènes. Le rythme de l'intrigue en pâti parfois mais, pour un premier roman, il fait partie des douze meilleurs polars retenus par le magazine Publishers Weekly. Je vous invite donc à le découvrir et surtout à suivre ce nouvel auteur très prometteur !

empty